Le massage thaïlandais : un retour aux origines

Introduction au massage thaïlandais par Daranee Moonsrikaew


Qui suis-je ?

Originaire de la province de Petchabun en Thaïlande, je suis venue m’installer en France en 2007.

Voulant faciliter mon intégration en France, je suis partie vivre à Paris afin d’avoir plus d’opportunités pour trouver un emploi.


Deux ans après être arrivée à la capitale, j’ai commencé à exercer dans un grand institut, entourée de plusieurs masseuses.

Venant pour la plupart de la même origine que moi, une grande entente s’est créée entre nous, puis on a fini par toutes se connaître.


La culture du massage thaïlandais nous a permis d’établir une certaine proximité et un lien assez fort. Être dans un milieu qui nous semble familier m’a fait me sentir moins seule.


Durant ces années passées à Paris, j’ai appris de mon métier actuel par la cohabitation avec les autres masseuses thaïlandaises. On s’échangeait nos savoirs et quelques techniques que l’on avait.

Grâce au parcours que j’ai suivi et aux professeurs Thaïlandaises très aguerries, j’ai découverts d’autres techniques qui m’étaient inconnues. Cet apprentissage m’a apporté un panel très large de la pratique du massage.


Puis, il y a maintenant deux ans, après avoir passé un été en Dordogne, j’ai été émerveillée par cette région. Alors, j’ai décidé de m’installer à Sarlat et de me lancer seule.

J’ai eu la chance de pouvoir reprendre mon salon actuel qui appartenait à une ancienne masseuse.

C’est à partir de ce moment que ma carrière professionnelle seule à pu débuter.  

Nos questions

 Comment avez-vous choisi de pratiquer le massage Thaïlandais ?  

 Totalement par hasard, même si ce métier était une facilité pour mon intégration en France.  

 Avez-vous eu recours à une formation professionnelle ?  

Oui, j’ai fait une formation intensive pendant deux ans à Paris. J’y ai appris diverses façons d’exercer le massage thaïlandais.


Puis, un apprentissage très sérieux du corps humain nous a été imposé. Effectivement, afin de pratiquer en sécurité ce métier, il faut absolument tout savoir sur l’emplacement des nerfs, des veines etc.


Seulement dans ce milieu, le massage thaïlandais est un apprentissage continu qui ne s’arrête pas.


On évolue avec notre expérience et grâce à des échanges de bonnes pratiques avec des personnes qui sont reconnues dans ce domaine.  

 Comment définiriez-vous le massage Thaïlandais ?  

Le massage Thaïlandais prend de sa valeur avec l’expérience et l’intérêt que l’on y porte.

Chaque masseuse a sa manière de pratiquer et ses techniques.

Comme le massage thaïlandais à de multiples façons d’être pratiqué, on ne peut pas tous l’aborder pareil.


Personnellement, je le décris comme un massage assez profond, nécessitant beaucoup d’énergie.

En touchant les parties du corps du client, je sais trouver les points à travailler.

Mon expérience me permet d’apporter le bien-être à mes clients.


Après, le massage thaïlandais diffère avec chaque client.

Je dois m’adapter à chaque cas et savoir être plus douce suivant le profil de la personne.  

 Quels maux soignez-vous ?  

Je suis en capacité de soulager des douleurs musculaires, de débloquer certaines zones où les nerfs se « nouent », de manipuler les veines et de faire travailler les articulations. 

 Comment se déroule une séance ? Un suivi est-il nécessaire ?

J’accueille la personne qui vient pour son rendez-vous, puis on passe aux préparatifs de la séance.

Généralement, je sais d’avance ce que je dois soulager chez la personne qui vient me consulter car elle me fait part des raisons qui l’amènent à me voir lors de sa demande de prise de rendez-vous.


Avant de commencer la séance, une douche est obligatoire pour le client. Une salle d’eau est disponible dans mon cabinet, alors cela se fait sur place.

Si j’impose ce protocole sanitaire, c’est pour respecter avant tout une bonne hygiène mais aussi en raison de la covid-19.


Puis, suivant les techniques de massage que j’utilise, je donne à la personne une tenue adaptée.

Par exemple, si je réalise le massage Thaïlandais traditionnel, je lui donne une tenue assez large est adaptée pour les étirements.

Si le massage se fait avec de l’huile, je donne alors des sous-vêtements et des serviettes chaudes.

Dans la situation actuelle, le masque est obligatoire lors des séances, pour les clients qui viennent me consulter comme pour moi.


Une fois la séance achevée, je change tout le linge utilisé lors de la séance et je désinfecte toutes les tables de massages et le reste du matériel utilisé.


En ce qui concerne le suivi, je ne peux pas l’imposer.

Effectivement, si la personne vient pour que je la soulage d’une douleur qu’elle à depuis des années, je ne peux pas la libérer en une seule séance. Seulement, c’est à elle que revient la décision d’un suivi.

Après, certaines personnes viennent régulièrement afin d’entretenir leur corps et leur bien-être.

Tout de même, je m’assure que la personne ressorte soulagée et détendue à la fin de cette séance.


Il est important pour moi que les personnes qui viennent me consulter soient satisfaites de mon travail et j’apporte une plus-value à leur corps.  

Quel est le tarif de ces séances ? 

La moyenne d’une séance classique, autrement dit pour un massage traditionnel thaïlandais d’une heure varie entre 60 et 70€.


Après, si c’est une séance plus longue avec un massage à base d’huile ou de plante, les prix varient entre 120 et 140€ avec un gommage du corps.


Je réalise aussi des séances sur des zones ciblés du corps qui durent 30 minutes, pour 40€.

En conclusion...

Je me sens épanouie et à ma place dans mon métier. J’aime apprendre et acquérir de nouvelles connaissances avec le temps.


J’apprécie beaucoup l’échange que j’ai avec les personnes qui viennent me consulter. C’est un réel plaisir de pouvoir les libérer de leurs douleurs et d’apporter un confort à leur corps dans le temps.  

Vous souhaitez contacter Daranee Moonsrikaew ?

Plus de publications

0 commentaires

Laisser un commentaire

Tous les commentaires du blog sont vérifiés avant d'être publiés